Guide d’achat, quel casque VR choisir ? Nos conseils et sélections !

Ça y est, il est temps pour vous de franchir le pas de la réalité virtuelle ? Vous vous demandez quel casque VR pourrait vous correspondre au mieux parmi tous les modèles disponibles ? Ce guide d’achat est là pour ça. Nous allons vous orienter en développant chaque cas pour vous aider à vous y retrouver dans votre choix final.

Pour une utilisation occasionnelle

La réalité virtuelle vous fait doucement de l’œil. Seulement, vous cherchez un produit très facile à prendre en main, sans branchements ni paramétrages compliqués. Disponible à partir de 219 euros, l’Oculus Go permet de franchir un premier pas dans la VR. Ce casque totalement autonome ne nécessite aucun branchement à un ordinateur. Disponible en 32 Go ou 64 Go, sa bibliothèque d’expériences est accessible directement sous vos yeux. Vous sélectionnez votre jeu et le téléchargez directement dans la mémoire du casque. Sur ce point, précisons qu’il s’agit principalement de mini-jeux.

L’Oculus Go est accompagné d’un contrôleur servant de pointeur, qui dispose aussi d’une gâchette et d’un pavé tactile cliquable. Toutefois, il est important de préciser que l’expérience proposée se limite à 3 degrés de liberté. Pour résumer, cela signifie que les interactions dans les espaces virtuels seront très restreintes. Par exemple, vous ne pourrez pas vous déplacer physiquement, ni même vous pencher vers l’avant ou sur les côtés. Lors de vos sessions de jeu, vous devez donc rester statique.

Cela dit, l’Oculus Go possède une définition totale de 2560 x 1440 pixels, ce qui représente une qualité très suffisante pour que la magie de l’immersion opère. Léger et très confortable, le casque inclut également son propre système audio. En bref, le Go est une excellente solution si vous cherchez à vous offrir (ou à offrir) une expérience de qualité (mais limitée), facile d’accès et à moindre coût.

La diversité avec le meilleur rapport qualité / prix

Vous n’avez pas de PC, vous possédez ou non une PlayStation 4, la réalité virtuelle vous intéresse et vous souhaitez vous lancer ? Un PC coûte cher et vous ne voulez pas vous ruiner. Le Quest vous attire mais ne dispose pas assez de jeux pour vous. Rien n’est perdu, bien au contraire ! Sony propose aujourd’hui la meilleure solution dans ce cas de figure. Le prix d’une PlayStation 4 commence à 279 euros et encore bien plus bas si vous en trouvez une d’occasion. Le PlayStation VR, quant à lui, démarre aussi à 279 euros. Pour un peu plus de 500 euros, vous voilà équipé du casque VR le plus confortable du marché.

De plus, 3 ans après sa sortie, vous disposez également d’un très large choix de jeux et d’expériences en réalité virtuelle. Tous les genres sont disponibles et à tous les tarifs. N’ayez crainte de sa définition de 1920 x 1080 pixels car certains titres, notamment les exclusivités, offrent des résultats parfois supérieurs à certains jeux PC VR. Si vous souhaitez pousser l’immersion, ne négligez pas l’achat d’une paire de PS Move ou encore de l’Aim Controller. Deux accessoires qui remplaceront votre DualShock 4 et qui rendront l’expérience VR encore meilleure.

Dans les détails, il est tout de même important de préciser qu’il est préférable d’opter pour une PS4 Pro si le choix s’offre à vous. En effet, certains jeux bénéficient d’optimisations pour cette dernière, et jouissent d’améliorations visuelles notables. Cependant, tout n’est pas parfait avec le PlayStation VR ; on pourra regretter l’absence de stick analogique sur les PS Move, un tracking perfectible et une installation fastidieuse qui nécessite de nombreux branchements.

Le dilemme : Oculus Quest ou Oculus Rift S ?

Nous allons aborder ici l’une des questions les plus fréquemment posées. Les deux casques VR sont arrivés sur le marché au même moment et sont proposés tous les deux au tarif de 449 euros. Si initialement les casques étaient effectivement destinés à deux cibles différentes, il en est tout autre aujourd’hui.

La cause de ce revirement de situation a un nom : l’Oculus Link. Pour résumer, cette nouvelle fonctionnalité (actuellement en phase de BETA test) permet de brancher le Quest à un PC et ainsi accéder au catalogue Rift de l’Oculus Store mais aussi à celui de SteamVR. Voyons donc deux cas de figure.

  • Je n’ai pas de PC

Si vous n’êtes pas en possession d’un PC Gamer et que vous recherchez un accès simple et rapide à la VR, orientez-vous directement vers l’Oculus Quest. Ce casque VR tout-en-un ne nécessite aucun câble ni aucun branchement. Il se démarque principalement grâce à sa particularité à être parfaitement autonome et à son utilisation d’une grande simplicité. Une fois votre espace de jeu défini dans la pièce de votre choix, vous êtes transporté presque instantanément dans la réalité virtuelle.

Accompagné des Oculus Touch, vous pourrez interagir dans de vrais jeux VR. Le Quest vous offre une liberté totale de vos mouvements et vous bénéficiez des mêmes interactions que sur PC VR, en ayant le luxe de jouer sans aucun câble entre vos pattes. Néanmoins, il est important de préciser que vous dépendez naturellement d’un catalogue de jeux VR moins fourni. La dalle OLED propose un joli contraste et affiche une excellente définition de 2880 x 1440 pixels au total. Néanmoins, la puissance du Quest ne permet pas d’obtenir une qualité graphique très élevée. Des défauts qu’on lui pardonne rapidement tant l’expérience que propose ce casque VR est à nul autre pareil. Nous apportons d’autres détails sur l’Oculus Quest dans notre TEST que nous vous invitons à consulter.

  • J’ai un PC

Vous voilà propriétaire d’un PC avec une belle configuration. Vous hésitez à présent entre le Quest (avec l’Oculus Link) et le Rift S. Nous n’allons pas passer par quatre chemins, car si c’est uniquement les jeux PC VR qui vous intéressent, nous vous recommandons l’Oculus Rift S. La première des raisons est indéniablement son confort, très similaire au PlayStation VR où il en emprunte d’ailleurs toutes ses qualités. À l’inverse du Quest, la sangle est ici doublée d’une mousse située au niveau du front ainsi qu’à l’arrière de la tête. Deux réglages sont également accessibles pour que toutes les morphologies puissent correspondre.

Le poids du Rift S étant relativement bien distribué, aucune douleur même après une session de plusieurs heures ne se fera ressentir. En comparaison, le Quest intègre tout son attirail sur la partie avant. Par conséquent, le poids du casque peut se faire ressentir assez rapidement, notamment au niveau du nez.

Du côté de la qualité d’affichage, le Rift S présente aussi un meilleur piqué de l’image face au Quest. Actuellement en BETA, la fonction Oculus Link affiche pour le moment de légères dégradations, perceptibles notamment dans les arrières-plans. Rappelons aussi que la fréquence du Quest est de 72Hz contre 80Hz pour le Rift S. Un léger gain qui peut sembler anodin, mais qui supprime les scintillements visibles dans les scènes très lumineuses de certains jeux. Le Rift S possède également un tracking un chouilla meilleur grâce à ses cinq caméras là où le Quest n’en propose que quatre. Si nous devions résumer, l’expérience d’un Quest équipé de l’Oculus Link se situe entre le Rift CV1 et le Rift S.

Tout comme l’Oculus Go, les deux casques VR renferment des haut-parleurs dans la sangle. Cependant, pour plus d’immersion, nous vous recommandons vivement d’utiliser un vrai casque audio. Enfin, dans son utilisation courante, une fois branché au PC, le Rift S se configure de la même manière que le Quest. Il n’y a aucun capteur externe à rajouter. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’Oculus Rift S, nous vous invitons à consulter notre TEST.

La meilleure expérience VR qu’il soit

Là encore, c’est sur PC que ça se passe. Pour atteindre le meilleur résultat, vous devez posséder la meilleure configuration. Les constructeurs recommandent d’avoir au minimum un processeur i5-4590, une carte graphique GTX 1060 et 8 Go de RAM. Aujourd’hui, la meilleure expérience VR se trouve sur le Valve Index. Ce casque VR offre un excellent champ de vision, une superbe définition de 2880 x 1600 pixels combinés, d’un son spatial de grande qualité et d’un confort exemplaire. Les Index Controller sont à ce jour les meilleurs contrôleurs pour la réalité virtuelle, car chaque doigt est détecté ! Prendre les objets, les lancer et interagir avec les environnements virtuels devient bien plus naturel qu’avec n’importe quel autre contrôleur.

Toutefois, en comparaison de l’Oculus Rift S, le Valve Index nécessite quelques branchements supplémentaires. En effet, Valve a souhaité rester fidèle à l’utilisation des stations de base. Il s’agit de capteurs qu’il va être nécessaires de placer en hauteur dans votre pièce afin d’assurer le tracking du casque et des contrôleurs. Enfin, le kit complet du Valve Index revient à 1090 euros, auquel il faudra donc ajouter le budget d’un PC performant. Pour plus de détails sur le Valve Index, nous vous invitons à consulter notre TEST.

Et les casques Windows Mixed Reality ?

Reste-t-il aujourd’hui encore quelque chose à sauver de la gamme WMR ? Les trois quarts des constructeurs présents au lancement de ces casques ont laissé mourir à petit feu leur produit. Seuls persistent aujourd’hui Samsung, Acer et HP, avec des casques WMR pas toujours faciles à trouver. Pourtant, Microsoft était très bien parti avec cette gamme Mixed Reality. Un positionnement tarifaire situé entre 349 et 499 euros, aucun capteur externe, un seul câble, une configuration rapide et une compatibilité SteamVR. Le problème étant que l’expérience n’est pas du tout au niveau de la concurrence. Les deux seules caméras situées en façade des casques ne permettent pas un tracking efficace et les décrochages sont malheureusement bien trop fréquents. De plus, l’aspect très « cheap » des contrôleurs avec un plastique bas de gamme ne rassure pas non plus les utilisateurs.

Les Vive exclus de ce guide d’achat ?

Autrefois fer de lance de la réalité virtuelle, le Vive premier du nom est devenu aujourd’hui obsolète. Le Vive Pro est bien trop cher pour ce qu’il propose, comptez 1199 euros pour le kit complet. Le Rift S presque trois fois moins cher dispose d’une définition sensiblement identique et des contrôleurs de bien meilleure qualité. Reste alors le dernier arrivé chez HTC, le Vive Cosmos. Proposé à 799 euros, le dernier de la famille Vive semble, depuis sa sortie, rencontrer de nombreux problèmes. Tracking buggé, autonomie des contrôleurs excessivement basse et plantages fréquents.

Face à la grogne des utilisateurs, le constructeur semble poursuivre le développement via des mises à jour. Malheureusement, force est de constater que le Cosmos ne semble pas emprunter le même succès que son vieux frère, le Vive. Souhaitons tout de même au Vive Cosmos une année 2020 bien meilleure et surtout un repositionnement tarifaire afin de le rendre plus attrayant face à une concurrence de plus en plus nerveuse.

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Ceci peut également vous intéresser :



Poster un Commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire : Se connecter
  Abonnement  
Me notifier des