TEST : Iron Man VR, Marvel part à l’assaut du PSVR

TEST : Iron Man VR, Marvel part à l’assaut du PSVR

Après avoir rencontré quelques difficultés à respecter ses précédentes dates de lancement, Iron Man VR trouve enfin sa place en ce mois de juillet 2020. Derrière la nouvelle exclusivité du PSVR se cache l’équipe de Camouflaj, un studio ayant déjà fait ses preuves dans la réalité virtuelle avec le jeu d’infiltration République. Cette fois-ci, avec l’ombre de Marvel et Sony au-dessus d’eux, la pression fut bien plus importante pour les développeurs. La tâche étant à présent accomplie, l’œuvre finale s’inscrit-elle pour autant parmi les meilleures du genre ? Réponse dans ce test de Iron Man VR sur PSVR.

C’était en mars 2019, Iron Man VR avait alors ouvert le bal lors de la première diffusion de la nouvelle émission « State of Play » de Sony. Ce premier teaser mêlant cinématiques et gameplay annonçait dès lors l’arrivée du célèbre héros de l’inoubliable Stan Lee sur PSVR. Les joueurs allaient enfin pouvoir enfiler l’armure de Tony Stark et traverser les nuages en réalité virtuelle. Fantasme pour certains, absurdité pour d’autres… N’en déplaise aux dénigreurs, la VR reste le meilleur moyen pour se mettre dans la peau d’un véritable super-héros.

Bien calibrer pour bien jouer

Le jeu débute avec un rapide didacticiel qui explique les différentes indications qui permettront au joueur de bien rester dans sa zone de jeu.  Ces annotations apparaissent en cours de partie et aident à ne pas s’emmêler les pieds dans le câble du casque, ainsi qu’à se recentrer correctement face à la PlayStation Camera lorsque ceci est nécessaire. Une assistance qui s’avère utile et appréciable tant il est facile de se retrouver rapidement éloigné physiquement du point de départ en cours de jeu. En outre, sachez qu’il est possible de jouer assis, bien qu’il soit recommandé d’être debout.

Au delà de ces indications qui permettent de ne pas ruiner l’expérience, des options de confort sont aussi disponibles. Comme dans la plupart des jeux VR, on retrouve le réglage de la rotation, avec le choix de la rendre fluide ou anguleuse. Pour aller plus loin, il est aussi possible de régler la vitesse pour la première solution, et le degré de l’angle pour la seconde. Figure également le choix de laisser ou non l’apparition du vignettage en cours de jeu. Notez enfin le plus important ; Iron Man VR ne se joue qu’avec les PS Move.

3, 2, 1… Décollage !

Tout commence près des côtes de Malibu, non loin de la luxueuse villa du marchand d’arme le plus connu des Avengers. Guidé par la voix vaillante de Tony Stark, il conviendra alors de démarrer un tutoriel afin de prendre connaissance de toutes les subtilités de notre belle armure. Ainsi, pour faire décoller l’engin, il est nécessaire de placer la paume de ses mains vers le sol et d’allumer les gaz en maintenant la gâchette (touche T) des contrôleurs. Les propulseurs étant situés au creux des mains, les déplacements s’effectuent en pivotant le poignet. S’il est effectivement possible de se tourner physiquement pour faciliter les directions, les touches de rotation deviendront rapidement indispensables pour éviter de finir trop éloigné de sa zone de jeu. Pour prendre davantage de vitesse en vol, un boost est également accessible en appuyant deux fois de suite sur les gâchettes.

Paré au combat

Une fois à l’aise dans les cieux, le tutoriel vous indique comment utiliser vos différentes armes. Pour bien les manier, vous aller devoir être assez agile. Tout d’abord, les propulseurs mentionnés précédemment cachent également des canons. Ces derniers s’utilisent en visant l’ennemi et en appuyant sur la touche Move de vos contrôleurs. Par ailleurs, des missiles auxiliaires sont également implantés sur le dessus de vos bras. Ceux-ci s’enclenchent en virevoltant votre poignet vers le bas cette fois-ci et en visant. La force de vos poings peut aussi servir contre les adversaires en maintenant la touche croix et en effectuant un geste brusque vers eux.

À ceci s’ajoutera l’Unibeam, un puissant rayon laser activable en appuyant sur les touches croix et rond des PS Move. D’autre part, l’utilisation excessive de chaque arme mènera à sa surchauffe, il faudra alors rapidement switcher de l’une à l’autre pour conserver l’avantage dans les batailles. Vous l’avez compris, un temps d’adaptation sera requis avant de pouvoir piloter la machine sans s’emmêler les doigts.

Comme à la maison

À plusieurs reprises au fil de l’aventure, vous aurez l’occasion de vous retrouver dans la belle demeure de Stark. Dans ces phases de jeu, notre protagoniste n’est plus vêtu de sa carapace métallique. Les propulseurs au placard, les déplacements s’effectuent désormais en téléportation via des points précis. Un moyen de locomotion old-school qu’il serait temps de bannir des jeux en réalité virtuelle, tant il gâche l’immersion. On notera toutefois quelques interactions amusantes avec l’environnement, comme se faire un cocktail, jouer au basket et croquer des fruits. Parfois aussi, lors de certaines séquences de dialogue, un choix multiple apparaît lorsque l’on vous demandera de répondre. Rassurez-vous, les réponses n’influent aucunement le déroulement de l’histoire.

Au sous-sol de la sublime villa se trouve l’immense hangar. Cet espace sert, entre autres, à la personnalisation de l’armure. De fait, Il est ainsi possible de remplacer le tir de l’arme principale et celui du secondaire en optant pour un canon automatique, un tir dispersé ou encore des bombes intelligentes. L’accélération des propulseurs se modifie aussi, tout comme la vitesse de rechargement des munitions et la restauration de la santé. On n’oubliera pas non plus de mentionner la dizaine de skins à débloquer. Des combinaisons multiples qui sont réparties en sept catégories et que l’on peut sauvegarder sur deux emplacements distincts. Néanmoins, toutes ces modifications requièrent des points que l’on recueille après chaque mission et autres défis que nous développerons ensuite.

Lord of War

Tout bien considéré, l’histoire de Iron Man VR reste assez basique. Souhaitant se concentrer exclusivement à Iron Man, Tony Stark décide d’abandonner le trafic d’armes mondial. Seulement, son passé va aussitôt resurgir lorsque, à bord de son jet privé, il va croiser le chemin de Fantôme, la principale ennemie du jeu. C’est sur un fond de vengeance que la diabolique va vouloir s’en prendre à l’homme de fer, et la première à en faire les frais n’est autre que Pepper, sa compagne. C’est donc accompagné de ses deux hologrammes, Gunsmith et Friday, que le milliardaire s’apprête à l’affronter.

Si nous n’avons pas encore abordé le sujet de Jarvis, c’est qu’en vérité, le serviteur favori de Monsieur Stark manque à l’appel. À cet effet, au cours des chapitres, qui sont au nombre de douze, vous entendrez principalement la voix de Tony résonner dans votre armure. De temps à autre, vos partenaires interviendront aussi, lorsque ceux-ci ne passeront plus leur temps à se crêper le chignon…

Action !

Iron Man VR vous entraînera dans divers pays que nous tairons, afin que vous puissiez garder la surprise. Au cours de votre périple, les ennemis arriveront par vagues, tout autour de vous. Au total, ce sont six types d’adversaires différents, dont 5 drones, qui tenteront de vous éliminer sans relâche. Vient alors l’un des aspects récurent à chaque mission, la répétitivité. Une fois la première salve éliminée, la seconde arrive et ainsi de suite. Des enchaînements entrecoupés de quelques petites phases d’interactions où il faudra par exemple ouvrir des portes, déplacer des conteneurs ou encore désactiver des générateurs. Dommage, on aurait préféré davantage de variété.

Une fois l’objectif principal accompli, un tableau récapitulatif met en exergue vos talents de super-héros. Drones détruits, combos utilisés, durée de la mission etc. L’ensemble de ces scores vous attribue une note sur cinq, ce qui aura pour effet de débloquer des points de recherche, indispensables à la personnalisation de l’armure. D’autre part, les missions achevées ouvrent de nouveaux défis, tels que terminer des parcours dans un temps record ou affronter des vagues d’ennemis en obtenant le meilleur score. Pas très original certes, mais cela permet au jeu d’offrir une rejouabilité qui plaira aux compétiteurs. Quand bien même il faudra à ces courageux d’affronter à nouveau les interminables chargements présents entre chaque partie. Comptez environ 1 minute et 30 secondes systématiquement.

Iron Man VR est-il réussi visuellement ?

En amont de ce paragraphe consacré à l’aspect technique, précisons que ce test a été effectué sur une PS4 Pro. Brûlez-vous d’impatience de savoir si la dernière exclusivité PSVR figure parmi les plus beaux jeux du catalogue ? “La question elle est vite répondue” : c’est non (j’espère que vous avez la ref). La technique déçoit et surprend parfois au regard de ce qui existe déjà sur le marché. Si à deux mètres de soi les textures sont très correctes, c’est tout autre chose lorsque l’on s’en éloigne. L’aliasing est omniprésent et le pop-in est désastreux.

Le titre souffre également d’un manque de détails conséquent, visible notamment dans la seule grande ville présente dans le jeu. Celle-ci est assez étroite, avec aucun habitant, ni aucune voiture. Un résultat insatisfaisant qui nous renverrait presque quelques générations en arrière. Pour autant, vous souvenez-vous de Megaton Rainfall sorti en 2017 sur PSVR ? Il s’agissait d’un jeu indé où l’on incarnait également un super-héros capable de voler au-dessus des villes. En plus d’afficher des centaines de quartiers, maisons et buildings, le jeu se payait le luxe d’offrir des destructions dynamiques en plus d’animer d’innombrables voitures. Sans compter que l’on pouvait aussi faire le tour du monde, aller dans l’eau, dans l’espace et sur la lune sans aucun chargement… Une comparaison qui fait mouche face à un jeu Marvel.

Sounds good !

En revanche, le titre de Camouflaj brille plus du côté sonore. Lorsque vous portez l’armure, chaque mouvement des bras est accompagné d’une série de discrets sons robotiques. La B.O. colle bien à la licence et les plus attentifs reconnaîtront le thème principal du film. Doubleur de Robert Downey Jr. au cinéma, Bernard Gabay ne réapparaît malheureusement pas dans le casting du doublage français du jeu. Toutefois, l’humour et le sarcasme fidèle au personnage sont bel et bien au rendez-vous. Malgré quelques passages surjoués, on appréciera cependant le doublage intégral du jeu en français.

7 / 10 Note finale
{{ reviewsOverall }} / 10 L'avis des lecteurs (0 votes)
PlayStation VR(Plateforme)
Les Atouts
• Intégralement doublé en français
• La personnalisation
• Se retrouver dans la peau d’Iron Man !
• La villa Stark
Les Faiblesses
• Les chargements interminables
• Le manque cruel de détails dans certains niveaux
• L’aliasing, même sur PS4 Pro
• La téléportation imposée dans certaines phases de jeu
• Le cafouillage pendant les grosses batailles
• Le manque de variété des objectifs
Conclusion
Iron Man VR n’est pas mauvais en soi. Si on lui reproche des graphismes en dessous des attentes, on avouera cependant qu’une fois l’armure maîtrisée, le plaisir de jeu est au rendez-vous. Les craintes d’un énième jeu VR qui se termine en 2 heures est heureusement exclu ici, puisqu’il faudra compter entre 7 et 8 heures pour venir à bout de l’histoire principale. Rajoutez quelques heures de plus pour accomplir tous les défis bonus. La dernière exclusivité du PSVR reste, somme toute, intéressante, mais bien loin d’un véritable jeu AAA comme on avait pu l’entendre.

L'avis des lecteurs Vous devez être connecté pour laisser un avis
Trier par :

Soyez le premier à laisser votre avis.

User Avatar User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Ceci peut également vous intéresser :